IFC

  •   13-06-2017
  • W.R

Le format d'échange ifc n'est pas encore bien abouti. Pensez-vous que cette forme va progresser ?

La réponse

Le contenu des données reprises dans le format IFC n’est en effet pas encore complet ou pas applicable pour tous les types de constructions (p.ex. ouvrages d’art et ponts). Mais la progression est continue et supportée par tous les grands éditeurs de logiciels.

Les avantages du format IFC sont claires. Citons-en quelques-uns … Chacun travaille dans le logiciel qui correspond le mieux à ses activités ; en effet, il n’existe aucun programme qui inclut les meilleures fonctionnalités pour tous les utilisateurs (p.ex. modeleur, dessin béton ou acier, techniques …). Vous en tant qu’utilisateur êtes protégé contre le ‘vendor locking’ (dépendance d’un seul fournisseur). N’oublions pas la pérennité du format, qui est certifié ISO. Mais il y a un prérequis important, à savoir la volonté de l’éditeur des logiciels d’intégrer ce standard dans ses programmes.

Entretemps, ce format est de plus en plus adopté. Il est même obligé dans plusieurs pays pour certains types de construction (par des autorités compétentes).

En tant qu’éditeur de logiciel nous-même, nous remarquons que le BIM est adopté de plus en plus pour différents projets et types de constructions.