Quelle est la différence entre l’’Open BIM’ et le ‘Closed BIM’ ?

D'où vient le BIM et que signifie-t-il ?

Le déroulement du processus BIM est pour partie limité par le logiciel utilisé et les possibilités qu’il offre. La logique veut que le choix du logiciel dépende de ce pour quoi il doit être employé, certains logiciels étant mieux adaptés pour la conception d’un bâtiment que pour les calculs de stabilité. Chaque partenaire choisit donc le logiciel le mieux adapté à ses objectifs. D’autre part, il est parfois plus facile de travailler avec tous les partenaires au sein d’un même logiciel afin de simplifier l’échange de données. Ces deux méthodes de travail différentes peuvent être nommées ‘Open BIM’ et ‘Closed BIM’.


Open BIM

Dans l’’Open BIM’, la collaboration se fait à l’aide de modèles de référence échangés via un standard ouvert tel que l’IFC. Cela signifie que chaque partie élabore un modèle avec le logiciel qui est le mieux adapté pour sa tâche particulière et que les différents modèles sont réunis dans le modèle de coordination où est généré un aperçu global du projet. Pour faire des adaptations au modèle, on remontera toujours vers le logiciel originel et les modèles IFC seront de nouveau exportés pour la coordination. L’exportation et l’importation de modèles IFC semble assez facile mais ce n’est certainement pas aussi évident. Il doit toujours y avoir de bons accords entre partenaires sur la façon de procéder, parce que les règles générales à ce sujet sont rares.


Closed BIM

Dans le ‘Closed BIM’ par contre, on collabore au sein d’un seul logiciel, de sorte que l’échange ne doit pas passer par une conversion IFC mais tout peut rester dans le même type de fichier. Cette collaboration peut se dérouler de deux manières, soit en travaillant avec des fichiers liés, chaque partie travaillant dans son propre modèle et avec des échanges à intervalles réguliers avec les autres parties. L’autre manière est de travailler effectivement en même temps dans un seul modèle enregistré dans le cloud ou sur un serveur et auquel toutes les parties doivent se connecter.

Dans le cas de projets plus petits, avec un nombre limité de disciplines et de partenaires du bâtiment, ceci est parfois une solution simple et efficace.


Échange d'informations

Depuis plusieurs années, il n’y a vraiment plus aucune discussion sur ‘Closed vs. Open BIM’. Tout le monde est convaincu de la puissance des standards ouverts comme l’IFC. Toute la philosophie derrière le BIM est après tout aussi une collaboration facile et efficace grâce à l'échange d'informations. Les architectes et les ingénieurs qui s’apprêtent à implémenter le BIM ne devraient pas se demander s’ils ont besoin de l’’Open’ ou du ‘Closed BIM’ pour se lancer. Cette distinction n’est plus valide et est en fait obsolète dans la pratique. Un choix important auquel les professionnels de la construction doivent de toute façon se plier est celui du logiciel qui est le plus efficace pour leur usage. Le ‘Closed BIM’ implique ainsi qu’un logiciel serait la meilleure solution en bloc pour chacun des partenaires du projet. La pratique montre cependant que cela n’est faisable que dans une mesure très limitée.

Dans la pratique, les deux se produisent souvent ensemble : fermé entre les parties qui fonctionnent avec un logiciel compatible et ouvert si plusieurs systèmes sont employés, mais aussi comme garantie d’un accès permanent à l’ensemble des données.

  Retour vers la FAQ

Partenaires