Comment les entreprises de construction peuvent-elles utiliser le modèle BIM ?

Dans ce qui a précédé, on a de temps à autre fait référence au rôle de l’entrepreneur dans l’ensemble du processus de construction. Ci-dessous est succinctement décrit ce qu’un entrepreneur général fait exactement avec un modèle BIM en phase d’exécution et de quelle information il a besoin pour cela.

La précision et le niveau de détail des modèles que l’architecte et l’ingénieur fournissent à l’entrepreneur sont ici d’une importance primordiale. Il est par exemple nécessaire que l’architecte fournisse un très bon export du fichier IFC, même si lui-même n’en a plus besoin plus tard. 

 

Le modèle LOD300 devient modèle d'exécution

Les modèles d’aspect que l’équipe de conception fournit forment la base du processus de construction mis en œuvre. Plus il y a de détail et d’information qui y sont traités, plus il est facile et rapide pour l’entrepreneur de commencer à travailler. Dans la plupart des cas, l’entrepreneur commence avec un modèle en LOD300 – ou LOD350 – qu’il retravaille progressivement jusqu’à un modèle prêt pour l’exécution. Les concepteurs envoient le modèle à partir duquel le métré peut être extrait. Ce modèle est ensuite utilisé comme un outil de communication.

Des incomplétudes ou plus d’informations de la part des concepteurs peuvent être recherchées et simplement collectées indépendamment du modèle, dans des tableaux ou des rapports. Ce n’est pas toujours idéal mais très facile et très courant. Attention : dans beaucoup de cas, le métré est fourni en dehors du modèle comme document annexe. Il est alors très utile d’indiquer quelles quantités proviennent du modèle et lesquelles sont déterminées manuellement.

 

Du LOD300 tot LOD400

L’étape suivante est de se hisser du LOD300 au LOD400. Cela est produit dans une large mesure par des sous-traitants. Ceux-ci ne commencent pas avant que le processus d’achat ne soit déjà derrière. Le modèle BIM modifié est prêt à être transmis aux sous-traitants pour une offre de prix.

Cette étape est fortement consommatrice de temps et de travail. Le modèle est souvent profondément modifié et parfois même complètement reconstruit. Les quantités dans le modèle sont souvent d’une grande importance pour les sous-traitants et particulièrement les fournisseurs impliqués dans le projet. Le décompte final ne se passe souvent pas sur la base de ce prix mais à l’aide du modèle ‘as-built’, à la livraison du projet. Le modèle ‘as-built’ n’est pas toujours fourni. D’autres méthodes de facturation sont évidemment possibles et généralement admises. De bons accords sur ce sujet sont importants. Dans une équipe d’exécution, on convient également de ceux qui vont contribuer au modèle (les modeleurs BIM actifs) et de ceux qui vont juste recevoir l’information du modèle (les utilisateurs BIM passifs).

 

De la préparation à l'exécution

Juste avant le début des travaux a lieu la préparation du chantier. L’entrepreneur général reçoit et rassemble tous les modèles des sous-traitants et des fournisseurs. Ceux-ci seront vérifiés pour trouver les erreurs, entre autres de manière automatisée grâce au ‘model checking’ et également renvoyés aux concepteurs. Il s’agit d’un processus continu qui se déroule tout au long de la phase de mise en œuvre.

C’est seulement quand toutes les parties ont donné leur approbation que l’on passe à l’exécution réelle. L’entreprise générale va alors ajouter quelques paramètres importants au modèle en lien avec le phasage, le planning, les dates d’exécution, etc., dans la mesure où ces éléments n’ont pas encore été déterminés. Sur base de ces modèles, on va également produire des plans de travail simples et lisibles pour soutenir l’exécution. L’entrepreneur soumettra phase par phase un état d’avancement au maître d’ouvrage. Au moyen d’un code couleur explicite sur le phasage, celui-ci peut être en peu de temps rendu lisible pour l’architecte et le maître d’ouvrage.

  Retour vers la FAQ

Partenaires