Y-a-t-il un déplacement de la charge de travail dans un bureau avec le BIM ?

Autant les entrepreneurs que les ingénieurs, fabricants et architectes, admettent que la manière de travailler change considérablement et fondamentalement en utilisant le BIM. Nous pouvons considérer le déplacement de la charge de travail pour les concepteurs de deux manières : sur le plan de la division des tâches et sur celui de l’emploi du temps. 

 

Répartition des tâches

Jusqu’à maintenant, la répartition des tâches dans une équipe de conception était plutôt facile. D’une part, il y a les architectes ou concepteurs qui imaginent, solutionnent et coordonnent les choses. D’autre part, il y a les dessinateurs et les personnes spécialisées dans la visualisation qui produisent la matière à envoyer aux autres parties.

Ce que nous voyons avec le BIM, c’est que ces rôles et d’autres encore tendent à se confondre de plus en plus. Ils deviennent tous des modeleurs dans l’histoire du BIM. Ceci implique que les architectes doivent passer plus de temps à tout approfondir dans le modèle, mais aussi que les dessinateurs doivent acquérir une connaissance de base de la conception pour exécuter les adaptations dans le modèle. Bien entendu, ce changement a plusieurs conséquences : un nouveau membre de l’équipe de conception doit d’abord rapidement apprendre à travailler avec le BIM. Cela signifie qu’il ou elle doit avoir acquis une connaissance de la construction fiable durant ses études et donc coûtera vraisemblablement plus cher au bureau que quelqu’un qui ne l’a pas fait. Un dessinateur devient, en d’autres termes, un modeleur.

De surcroît, le bureau doit parfois acheter des logiciels ou des licences supplémentaires pour permettre à tout le monde de travailler avec le programme. De plus en plus, des managers BIM ou des responsables spécifiques se joignent au bureau. Ils coordonnent un ou plusieurs projets BIM dans le bureau et interviennent en tant que porte-parole vis-à-vis des autres parties.

 

Emploi du temps

Le BIM change aussi beaucoup de choses en termes de pression du temps. En regard de la façon traditionnelle de travailler, beaucoup plus de temps est passé en phase de conception, durant l’esquisse et l’avant-projet. Cela est nécessaire parce que modéliser est beaucoup plus lent qu’esquisser ou que dessiner – en particulier avec les modeleurs inexpérimentés.

Mais ce n’est pas seulement un besoin de passer plus de temps dans la phase initiale, c’est aussi un choix. Lorsqu’un modèle est élaboré dès le départ de manière correcte et cohérente, du temps sera gagné en retour plus tard durant l’appel d’offres et l’exécution. Du temps net est libéré pouvant être intégralement consacré à l’optimalisation du projet.

On doit être conscient d’un temps d’apprentissage certain au lancement du BIM. Les gains de productivité réels ne sont souvent pas réalisés au cours du premier projet, mais nécessitent souvent plusieurs projets. C’est pourquoi il est bon et nécessaire de définir à l’avance les objectifs pour lesquels le BIM a été mis en place dans un projet concret ou dans une entreprise et également de prévoir une trajectoire de croissance (autant dans un projet que dans une entreprise).

  Retour vers la FAQ

Partenaires