Qu’est-ce qu’un protocole BIM ? Quelle est la différence avec un plan d’exécution BIM ?

Dans le cas idéal, la première étape d’un projet BIM est l’organisation d’une réunion ‘kick-off’ (de lancement) où sont présents à la fois le maître d’ouvrage et l'équipe de conception. Traditionnellement, l’équipe de conception se compose d’un architecte, un ingénieur stabilité et un responsable des techniques. Idéalement, les exécutants sont également impliqués dans cette consultation mais ce n’est pas toujours possible. À l’étranger, le processus BIM est parfois entamé entre le donneur d’ordres et l’architecte avant même que les bureaux d’études ne soient impliqués.


Protocole BIM

Lors de la réunion, les points les plus essentiels liés à la collaboration et la modélisation dans le BIM doivent être réglés. Avant toute chose, l’organisation du projet : Quel niveau BIM est réalisable ? Dans quelle optique et pour quels objectifs le BIM sera-t-il utilisé ? Quelle est l’expérience des partenaires ? Quels livrables seront demandés tout au long du projet ? Toutes ces choses et bien plus encore seront contenues dans un document concis, le protocole BIM. La question la plus importante à laquelle il faut peut-être d’abord répondre dans le protocole est : quelles ambitions et objectifs spécifiques au BIM seront d’abord posés ? Cela revient à mentionner au mieux les droits et obligations des parties tout en prenant des engagements clairs pour permettre à la collaboration de réussir. 

Le nombre d'exigences et d’engagements contenus dans un protocole est limité. Il s’agit plutôt d’un document administratif dans lequel sont décrits le mode de communication, les droits de propriété et d’utilisation, les exigences du processus, les responsabilités et les besoins d’information. Cela concerne uniquement l’essence pure de la collaboration. 


Plan d'exécution BIM

Un plan d’exécution BIM s’appuie sur le protocole mais contient en annexe des accords administratifs et juridiques et un large éventail de dispositions techniques et pratiques. Où est le point zéro dans le modèle ? Qui est responsable de quels ajustements ? Quand et comment sont échangés les modèles de référence ? Comment sont nommés les modèles ? Il s’agit d’accords qui concernent plutôt la collaboration entre les partenaires de la construction que celle entre le mandant et le mandataire, même si cette distinction peut ne pas être aussi nette dans la réalité. Dans la pratique, il arrive que les deux documents fusionnent parfois dans un plan global : un « plan de méthode BIM » étroitement lié à d’autres documents qui décrivent la gestion de projet ou de processus. 

Parfois ces dispositions ne sont pas immédiatement versées dans un protocole BIM ou un plan d’exécution. Les parties inexpérimentées engagées dans les premières étapes d’un environnement BIM sont parfois rebutées par son caractère contraignant. À ce moment, il peut être utile de coucher sur papier une sorte de système de convention, qui peut ensuite, à l’étape suivante, être étendu dans un protocole BIM formel ou dans un plan d’exécution. Il est alors assurément important d'organiser la réunion de lancement. C’est seulement ainsi que l’on peut évaluer de manière approfondie l’expérience et l’expertise du BIM chez toutes les parties.

Dans l’idéal, ce genre de réunion a lieu sur une base régulière. Pour de petits projets avec une période de gestation de moins de six mois, c’est en pratique parfois difficilement faisable. Cependant, on trouve des parties en Belgique qui parviennent aisément, sur des projets à court terme, à s’asseoir régulièrement autour de la table pour discuter de l'avancement du projet BIM. 


Document évolutif

Le plan d’exécution BIM est conçu de telle manière que le système de convention peut continuer d’évoluer dans le cadre du projet, par exemple, lors de l’association de nouvelles parties, à la fin d’une phase de projet particulière ou lors d’un changement de point de vue. C’est, en d’autres termes, un document évolutif qui peut toujours être mis à jour. Dans la manière traditionnelle de construire en Belgique, c’est à un stade relativement tardif, après l’appel d’offres, que l’entrepreneur est impliqué dans le processus. Celui-ci ne peut effectivement exercer aucune influence sur le protocole BIM original. Lors de la transition de la conception à la mise en œuvre, il faut donc des accords très clairs, afin que l'entrepreneur puisse facilement travailler avec le modèle sans devoir tout recommencer. Il est ensuite élaboré une version actualisée du plan d’exécution BIM.

  Retour vers la FAQ

Partenaires