Crematorium Stuifduin, Lommel (Macobo)

Case study présenté par MACOBO-STABO
  • 31-05-2017
© a2o architecten
© a2o architecten
© a2o architecten
© a2o architecten
© a2o architecten
© a2o architecten
© a2o architecten

Quelles parties furent impliquées dans le processus BIM ?

L’ensemble des membres du bouwteam, composé du maître d’ouvrage Pontes, a2o architecten, Groep Vanhout, Macobo et Boydens Engineering, ont été impliquées dans le processus.

Dans quelles phases le BIM a-t-il ou n’a-t-il pas été appliqué ?

Le BIM a été mis en œuvre dans les phases de conception et de réalisation avec comme objectif l’obtention d’un modèle coordonné. L’armature a été dessinée en 3D par l’ingénieur stabilité, ce qui est assez unique.

Pourquoi avoir choisi de mener ce projet en BIM et qui a pris la décision ?

Tous les partenaires maîtrisant cette méthode de travail, la décision fut prise collectivement et rapidement.

Comment cela s’est-il passé ? Avez-vous connu des difficultés ?

La construction des fondations a démarré alors que les plans et études techniques n’étaient pas encore tout-à-fait achevés. Les délais serrés impliquaient une implication de tous et une bonne communication. C’est pourquoi nous avons eu recours à BIMcollab et avons organisé des réunions de coordination BIM toutes les deux semaines, ce qui a permis une collaboration fluide et efficace.  Les conflits entre architecture, stabilité et techniques ont été traités dès la phase de conception, avec un impact positif sur la rapidité et la rentabilité de l’exécution.

Dans quelle mesure le BIM a-t-il apporté une plus-value à ce projet ?

Etant donné que les phases de conception et de réalisation se chevauchaient en partie, le recours au BIM fut un grand atout pour pouvoir réagir rapidement et avec précision aux modifications. Les évidements pour les gaines de ventilation ont été directement concertés avec l’ingénieur stabilité en utilisant le modèle d’aspect HVAC. Comme de nombreuses poutres préfabriquées ont été utilisées, les évidements requis et les points d’ancrage ont pu être prévus à temps en atelier.

En augmentant le niveau de détail, le modèle de coordination BIM a évolué vers un LOD (Level of Development) plus élevé, ce qui a principalement été profitable pour l’exécution. Auparavant, les points d’ancrage ne recevaient une position définitive qu’après le montage des éléments de construction. Désormais, ils peuvent être positionnés et placés au préalable.

Qu’est-ce que ce projet vous a appris sur le BIM ?

L’une des plus importantes leçons de ce projet est la nécessité de disposer d’un protocole BIM sérieux et détaillé.

 

Partenaire associé

Donneur(s) d'ordre(s)

Pontes

Localisation

LOMMEL

Projet

a2o architecten

Bureaux d'études impliqués

Macobo Engineering
Boydens Engineering

Logiciel(s) utilisé(s)

Archicad
Allplan
Revit Structure
Revit MEP
Navisworks
Solibri MC
BIMcollab
BIMx
Tekla Structures
SketchUp
SolidWorks
Dialux
TRNSYS
Designbuilder (Dynamische simulaties)